• Mon Compte

Un guide complet pour répondre à la question « Parlez-moi de vous » lors d’un entretien (plus des exemples !)

Recrutement Maroc

« Parlez-moi de vous ». C’est souvent la toute première chose qu’un interlocuteur vous demandera de faire, que ce soit lors d’un entretien téléphonique préliminaire, d’un entretien avec votre futur patron ou d’un entretien final avec le PDG.

Cela peut sembler facile – après tout, vous savez tout de vous – mais répondre à cette invitation à parler de vous dans le cadre d’un entretien d’embauche peut être stressant et compliqué. « C’est un défi parce qu’il s’agit d’une question large et ouverte ». Vous pensez peut-être : Hum, que voulez-vous savoir ? Comment suis-je censé choisir ce que je dois partager parmi toute l’histoire de ma vie en ce moment ?

Heureusement, vous pouvez vous préparer à l’avance et utiliser cette question de départ courante à votre avantage, afin de préparer le terrain pour un entretien réussi.

Pourquoi les recruteurs la posent-ils ?

Comme pour toute question de recrutement, la clé pour élaborer une réponse convaincante est de comprendre pourquoi les gens la posent en premier lieu.

« Souvent, lorsque la conversation commence, il y a beaucoup de petites discussions et c’est une façon de faire la transition », surtout pour les recruteurs ou les responsables du recrutement moins expérimentés. « La personne interrogée est nerveuse mais l’intervieweur essaie de prendre ses marques [aussi] ».  C’est aussi un excellent point de départ qui peut aider à diriger l’entretien.

« En fonction de ce que vous dites, cela va les aider à trouver la question suivante », ce qui pourrait déclencher un effet de chaîne de questions de suivi et faciliter la conversation.

En plus de servir de brise-glace et de transition, cette question introductive aide les recruteurs et les responsables du recrutement à atteindre ce qui est souvent l’un de leurs principaux objectifs dans le processus d’embauche : apprendre à vous connaître.

Si vous y répondez bien, les recruteurs commenceront à découvrir pourquoi vous êtes le meilleur candidat pour ce poste, tant en termes de compétences et d’expérience que de savoir-être. C’est une excellente occasion de démontrer que vous êtes capable de communiquer clairement et efficacement, d’entrer en contact avec d’autres personnes et d’y réagir, et de vous présenter de manière professionnelle.

Il y a bien des fois où vous entendrez ces mots exacts : « Parlez-moi de vous. » Mais les recruteurs peuvent avoir leurs propres versions de cette phrase qui demandent à peu près la même chose, notamment :

  • J’ai votre CV devant moi, mais parlez-moi encore de vous.
  • Parlez-moi de vos expériences.
  • J’aimerais en savoir plus sur votre parcours.
  • Parlez-moi un peu plus de votre expérience.

Une formule simple pour répondre à la question « Parlez-moi de vous ».

Pour structurer votre réponse, on vous recommande une formule simple et efficace : présent, passé, futur.

  • Présent : Parlez un peu de votre rôle actuel, de sa portée, et peut-être d’une grande réalisation récente.
  • Passé : Dites à l’intervieweur comment vous en êtes arrivé là et/ou mentionnez une expérience antérieure en rapport avec le poste et l’entreprise pour lesquels vous postulez.
  • Future : Parlez de ce que vous envisagez de faire ensuite et expliquez pourquoi vous êtes intéressé par ce poste (et pourquoi il vous convient parfaitement).

Ce n’est pas la seule façon de construire votre réponse, bien sûr, et vous pouvez la modifier comme bon vous semble. Si vous avez une idée particulièrement forte de ce qui vous a amené à travailler dans ce domaine, par exemple, vous pouvez décider de commencer par cette information « passée » et d’aborder ensuite ce que vous faites dans le présent.

Quel que soit l’ordre que vous choisissez, assurez-vous de le relier au poste et à l’entreprise. « Vous voulez être absolument certain que votre interlocuteur aura l’impression que « c’est logique que [vous soyez] assis ici à me parler de ce poste ».

Vous avez donc un entretien à venir et vous savez qu’il va probablement commencer par une sorte de « parlez-moi de vous ». Voici ce que vous devez faire pour réussir votre réponse.

1. Adaptez votre réponse au profil du poste et de l’entreprise

Lorsqu’un recruteur vous demande cela, il veut vraiment dire « parlez-moi de vous », dans la mesure où cela est pertinent pour le poste auquel vous postulez et pour cette entreprise. Je pense qu’il vous donne l’occasion d’expliquer succinctement pourquoi vous avez les bonnes qualifications ».

Profitez de l’occasion ! Pour ce faire, vous devrez passer du temps à étudier la description du poste, à faire des recherches sur l’entreprise et à déterminer comment vous pouvez présenter votre candidature de manière à ce qu’il soit parfaitement clair que vous êtes intéressé et que ce que vous apportez à la société et au poste en question.

« C’est la meilleure occasion d’être très direct et de partager votre but. Mais votre ambition doit répondre à leurs préoccupations ».

Ainsi, lorsque vous êtes en pleine recherche d’emploi et que vous cherchez un type de poste particulier, vous pouvez avoir un modèle de base que vous utilisez pour chaque entretien, mais veillez à l’adapter à l’entreprise. « C’est l’occasion de leur montrer tout de suite que vous avez compris, ». « S’ils parlent beaucoup de leur culture, intégrez-le dans votre réponse », et si l’entreprise ou même l’équipe en question met l’accent sur autre chose, voyez si vous pouvez l’intégrer. Dans certains cas, des mots-clés spécifiques peuvent aider à montrer que vous avez fait vos recherches et que vous êtes un bon candidat. Par exemple, l’entreprise se définit-elle comme une entreprise technologique ou une startup, une marque grand public ou un distributeur en ligne, une publication ou un magazine ?

« Généralement, les [réponses] qui résonnent toujours montrent qu’ils comprennent vraiment le poste », ainsi que les raisons pour lesquelles ils ont postulé. « Je suis plus impliqué parce que je peux voir que ça va aller quelque part ».

2. Soyez professionnel

Conformément à l’idée que cette question comporte un addendum inutile – « dans la mesure où cela s’applique à ce poste et à cette entreprise » – il est préférable que votre réponse reste professionnelle. Si, dans certains pays, la norme est de partager des détails personnels à ce stade, aux États-Unis, vous devez éviter de le faire. En d’autres termes, ce n’est pas le moment de parler de votre famille et de vos loisirs, à moins que vous ne sachiez quelque chose de très précis sur l’entreprise qui vous porterait à croire le contraire.

3. Mais donnez un peu de la passion à votre réponse (si vous vous sentez à l’aise)

Le fait de garder votre réponse professionnelle ne doit cependant pas vous empêcher d’expliquer pourquoi vous êtes passionné par votre poste ou par cette entreprise, même si vous abordez ainsi un sujet un peu plus personnel.

« Si les candidats se sentent à l’aise pour raconter leur parcours d’un point de vue passionné, cela contribue à susciter l’intérêt de l’interlocuteur et à les démarquer ».

Vous n’êtes pas obligé d’entrer dans une foule de détails, mais si votre but, lors d’un entretien, est de vous démarquer parmi les candidats et d’être mémorable, alors insuffler de la passion à votre réponse peut vous aider à y parvenir.

Si une personne est vraiment connectée à sa mission et à ce qu’elle veut faire dans son prochain poste et que cette entreprise est vraiment en adéquation, c’est un excellent moyen de la recruter ».

Vous pourriez inclure une phrase du type : « Je suis vraiment passionné par x et y et j’ai donc été très attiré par votre entreprise… »

4. Soyez court (et ne récitez surtout pas votre CV)

Quoi qu’il en soit, ne perdez pas ce temps à régurgiter tous les détails de votre carrière. « La plupart des gens répondent comme s’ils faisaient une thèse sur leur CV », mais cela ne fera qu’ennuyer la personne qui vous fait passer l’entretien.

Vous donnez également un aperçu de la façon dont vous vous exprimerez dans les réunions avec vos collègues, vos patrons et vos clients. Allez-vous bavarder pendant 10 minutes chaque fois que quelqu’un vous pose une question un peu vague ?

Il n’y a pas de durée optimale scientifiquement prouvée pour répondre à cette question ou à toute autre question d’entretien. Certains coachs et recruteurs vous diront de ne pas dépasser 30 secondes, tandis que d’autres diront que vous devriez viser une minute ou ne pas parler plus de deux minutes.

Les gens ont tendance à perdre le fil après 1,5 à 2,5 minutes de conversation ininterrompue. Vous devez décider de ce qui vous convient dans un contexte donné, mais si vous parlez pendant plus de deux minutes, il y a de fortes chances que vous entriez trop tôt dans les détails.

Veillez également à observer la situation pendant que vous parlez. Si votre interlocuteur semble s’ennuyer ou être distrait, il est peut-être temps de conclure. Si une partie de votre réponse l’intéresse, il peut être judicieux de développer un peu plus ce sujet.

D’une manière générale, rappelez-vous que vous n’êtes pas obligé de raconter toute votre vie.

Voyez cela comme une accroche qui devrait piquer l’intérêt de votre interlocuteur et lui donner l’occasion de poser des questions complémentaires sur ce qui le concerne le plus.

5. Entraînez-vous (mais ne mémorisez pas)

N’attendez pas d’être confronté à cette question lors d’un entretien en direct pour tester votre réponse pour la première fois. Réfléchissez à ce que vous voulez dire sur vous avant chaque entretien et entraînez-vous à le dire à haute voix.

Si vous le souhaitez, allez au-delà de la pratique en solo. « Il est toujours utile de s’exercer avec d’autres personnes pour vous écouter et entendre le retour d’information sur la façon dont les autres interprètent ce que vous avez dit ».

Demander à un collègue, un ami ou un membre de la famille en qui vous avez confiance d’écouter et de réagir à votre réponse vous aidera à l’affiner. Si votre collègue est prêt à participer, vous pouvez même lui demander ce qu’il dirait s’il était interrogé, et essayer de vous mettre à la place de la personne qui vous interroge pour voir ce que vous attendriez de l’autre côté.

La pratique rendra certainement votre réponse plus forte et vous aidera à être plus sûr de vous. Toutefois, il faut éviter de mémoriser et de réciter votre discours mot à mot. « Il y a un juste équilibre entre la pratique et la mémorisation. Il faut que votre réponse paraisse très authentique ».

6. Connaître son public cible

Comme pour toute question d’entretien – ou conversation, en fait – vous devez vous assurer que vous comprenez à qui vous parlez. Il se peut que l’on vous demande, sous une forme ou une autre, de vous présenter à chaque étape du processus d’entretien pour un emploi, de la première entrevue téléphonique à la phase finale, mais cela ne signifie pas que vous devez donner la même réponse à chaque fois.

Si vous vous adressez à un recruteur qui n’est pas familiarisé avec les compétences de l’équipe que vous rejoindrez, vous pouvez répondre de manière plus générale, alors que si vous vous adressez à votre futur patron, vous pouvez être un peu plus technique. Si vous vous adressez à un cadre supérieur dans le cadre de votre entretien final, il est probablement judicieux d’expliquer pourquoi vous êtes attiré par la mission globale de l’entreprise qu’il dirige.

Vous pouvez également améliorer votre réponse et la rendre plus spécifique au poste et à l’entreprise en fonction de ce que vous apprenez au fur et à mesure que vous progressez dans le processus d’entretien, par exemple : « Lorsque j’ai parlé à Kamal, j’ai vraiment compris que votre mission ou votre valeur était… ».

7. Restez optimiste.

Si vous avez été licencié ou renvoyé de votre dernier emploi, ce n’est probablement pas le meilleur moment pour le mentionner. « Il y a un temps et un endroit pour tout – vous n’avez pas besoin de tout mettre dans cette réponse ». « Si vous considérez qu’il s’agit de votre première expérience de travail, donnez-leur une idée de ce que c’est, mais ne leur donnez pas tout. La conversation n’est pas prête pour cela. »

Plus vous avancez dans l’entretien, plus les choses deviennent confortables. Attendez donc qu’on vous pose une question spécifique sur les raisons pour lesquelles vous cherchez à changer d’emploi ou pourquoi votre CV présente un vide pour aborder ces sujets.

Et le conseil que vous avez probablement entendu un million de fois de ne pas dire du mal de votre ancien employeur ? Il s’applique ici aussi. Surtout ici. Si la première chose que vous dites à votre interlocuteur est à quel point votre patron est affreux et que vous essayez d’échapper à la misère de ses emprises de gestion centralisée, c’est un véritable refus.

8. Rappelez-vous qu’il s’agit souvent de votre première apparence et qu’elle est très importante.

« Nous n’avons vraiment qu’une seule chance de faire une première impression ». “La plupart des décisions d’embauche sont prises dans la première minute », ce qui inclut votre salutation, la poignée de main, le contact visuel et la première chose que vous dites, qui peut très bien être votre réponse à « parlez-moi de vous ».

Même si les responsables ne prennent pas une décision irréversible peu après le début de la conversation, la première impression peut influencer le reste de l’entretien. Si vous devez passer le reste du temps à rattraper une mauvaise présentation, vous ne serez pas dans la même position que si vous aviez donné une réponse succincte, confiante et pertinente dès le départ.

« Préparez-vous à cette question et montrez aux recruteurs que vous vous y êtes préparé.
« La confiance qui se dégage de cette question est un très bon point de départ ».

« Parlez-moi de vous » Exemples de réponses

C’est très bien en théorie, mais à quoi ressemble une réponse solide ? Jetez un coup d’œil à ces exemples.

Je suis actuellement responsable de compte chez Media Beauty, où je m’occupe de notre client le plus performant. Avant cela, j’ai travaillé dans une agence où je m’occupais de trois grandes marques nationales de soins de beauté. Et même si j’ai beaucoup apprécié mon travail, j’aimerais avoir la chance d’approfondir ma connaissance d’une société de soins de beauté en spécifique, c’est pourquoi je suis si excitée par cette opportunité avec Metropolitan Health Center.

Bien sûr ! J’ai toujours aimé la rédaction et la prise de parole en public, même en remontant jusqu’au lycée. Cela m’a conduit à poursuivre des passions liées à l’écriture, par exemple au collège, où j’étais rédacteur en chef du journal de notre école. Outre l’écriture, j’ai pu apprendre à gérer une équipe et le processus de rédaction. Après l’université, j’ai pris un emploi chez Tata Media  en tant que responsable des médias sociaux, où je rédigeais des textes et du contenu social pour le blog de l’entreprise, mais j’ai levé la main pour travailler sur le plan de communication d’un lancement de produit, et c’est là que j’ai découvert mon intérêt pour le marketing produit. Après être passée à un rôle de marketing de produits et avoir géré les deux lancements de nouveaux produits les plus réussis l’année dernière, j’ai réalisé que j’étais enthousiaste à l’idée d’assumer un nouveau rôle. J’ai appris que je travaille mieux sur des produits que j’aime et que j’utilise, et étant donné que je suis un grand utilisateur des produits de votre entreprise, j’ai sauté sur l’occasion de postuler lorsque j’ai vu l’offre d’emploi.

Je travaille dans le secteur du marketing depuis plus de cinq ans, principalement dans des postes de gestion de comptes et de projets. Plus récemment, j’ai travaillé en tant que chef de projet senior pour une grande entreprise technologique, où j’ai géré de grandes campagnes de marketing et supervisé d’autres chefs de projet. Aujourd’hui, je cherche à étendre mon expérience à d’autres secteurs, notamment celui des technologies financières, d’où mon intérêt pour une entreprise comme la vôtre.

  • Partager cette publication

Laisser un commentaire