Gestion de carrière : Construire son projet personnel et professionnel

Recrutement Maroc

Se positionner dans le temps par rapport à ses ambitions personnelles et professionnelles est un devoir vis-à-vis de soi-même
Réfléchir à un projet personnel ou professionnel devient de plus en plus une pratique fortement recommandée de nos jours. Fournir des efforts d’une manière spontanée, impulsive ou réactive ne mène pas loin en général. Avoir une stratégie dans sa vie, tracer une trajectoire d’évolution personnelle ou professionnelle et concevoir un projet dans ce sens sont des obligations qui s’imposent dans un cadre à la fois structuré et structurant.
Le projet ne veut pas dire forcément monter une affaire ou un business. Un projet professionnel peut porter sur le salariat ou l’entrepreneuriat, ou bien les deux, mais à des étapes différentes dans sa vie. Vous pouvez commencer par le salariat et puis clôturer votre carrière par l’entrepreneuriat, à titre d’exemple.
Une telle réflexion peut commencer très tôt dans la vie. Le curriculum vitae d’un étudiant par exemple pourrait révéler, à un certain degré, si ce dernier a une idée préliminaire sur ce qu’il/elle veut faire plus tard dans sa carrière. À titre d’exemple, le choix des stages qui portent sur une discipline ou une fonction bien déterminée et qui est confirmé tout au long des années des études pourrait être un indicateur du choix d’une discipline donnée. La même chose est applicable au choix d’un secteur d’activité. Ceci pourrait bien s’inscrire dans le cadre d’un projet personnel ou professionnel.
Même au niveau des entretiens, il est plus facile de défendre ses motivations pour telle ou telle fonction si un fil conducteur lie les différentes étapes de votre parcours, tel qu’illustré par votre curriculum vitae. Une ligne de logique se construit et se tisse en général à travers des années et des efforts cohérents. La chance peut jouer de votre côté mais pas tout le temps. Une préparation réfléchie s’impose préalablement.

Pour quelle finalité ?

Un projet personnel ou professionnel doit tout d’abord définir une finalité ultime. Par la suite, il faudra définir des objectifs d’étapes. Un pas géant est parfois impossible ou bien décourageant. Il serait sage de subdiviser l’objectif final en plusieurs sous-objectifs intermédiaires. Il en découle, évidement, la définition de la démarche à suivre et des ressources, compétences et atouts nécessaires afin d’y parvenir.
À titre d’exemple, le passage d’un poste ou grade à un autre pourrait constituer la colonne vertébrale d’un projet professionnel. Il faudra commencer par étudier la faisabilité à travers une analyse des exigences liées à ce changement, des compétences et motivations existantes et des écarts ainsi que les ressources nécessaires pour les réduire ou les éliminer. Ceci peut nécessiter l’apprentissage ou le perfectionnement d’une langue donnée, l’obtention d’un diplôme ou d’un certificat, l’acquisition de certaines compétences techniques ou transversales, etc. Ces exigences pourraient être des objectifs d’étapes programmés dans le temps, selon une logique et en fonction des moyens financiers, de la disponibilité, de la motivation ou d’autres critères. Bref, une feuille de route devrait être tracée et conçue en se basant sur la distance qui vous sépare de votre objectif ultime, votre potentiel, vos ressources et l’environnement général.
Souvent, la réussite d’un projet, qu’il soit personnel ou professionnel, dépend de votre réalisme par rapport aux deux axes : vouloir et pouvoir. Une auto-analyse et une «radioscopie» objectives peuvent vous aider à bien vous positionner et tracer la ligne de départ ainsi que la ligne d’arrivée. Une surestimation ou sous-estimation de soi n’arrange pas l’intéressé dans la quête de réalisation de son projet.

La variable temps est très importante

Il faudra aussi attirer l’attention de ceux qui comptent bâtir un projet personnel ou professionnel sur le fait que la variable temps est très importante. La cadence de votre avancement programmé doit être bien étudiée car un retard au début ou une mauvaise estimation du temps nécessaire pour franchir une étape donnée pourrait entraîner un effet domino et mener vers l’échec. S’ajoute à cela le choix du timing. Il est recommandé de bien calculer le temps de début et d’achèvement de chaque étape. Un début précipité, dicté par une volonté d’arriver vite, pourrait brûler les étapes et faire couler le projet. À titre d’exemple, certains souhaitent accélérer le processus de leur évolution de carrière et optent ainsi pour un MBA immédiatement après la fin de leurs études, alors qu’un recul professionnel est fort recommandé pour un tel programme d’études. L’effet d’un investissement dans le cadre d’une étape donnée est aussi tributaire du timing. Trop tôt ou bien trop tard ne sont pas les bonnes bornes d’alignement.

Accompagnement

Parfois, la conception d’un projet personnel ou professionnel nécessite un accompagnement. Le Mundia Care, à titre d’exemple, se projette dans une optique d’accompagnement pour les étudiants afin de les aider dans ce sens. Un suivi, ainsi que les outils y afférents, sont concevables pour aller au-delà de l’enseignement et s’inscrire dans une logique d’accompagnement. Pour les étudiants, un œil externe peut aider à mieux s’orienter et à définir son projet plus efficacement.
Se positionner dans le temps par rapport à ses ambitions personnelles et professionnelles est un devoir vis-à-vis de soi-même. Articuler les axes de son projet et s’y mettre pleinement avec conviction et rigueur pourrait être d’une aide précieuse. Le tout commence par une motivation réfléchie et la fixation d’un objectif terminal. Comme on le dit bien, celui qui n’a pas d’objectif, ne risque pas de l’atteindre.

Source : Mohamed Benouarrek, président d’honneur de Mundia Care

Par LE MATIN

Laisser un commentaire