Profiter des réseaux sociaux pour trouver un emploi au Maroc

Recrutement Maroc

Ces plateformes constituent aujourd’hui une nouvelle opportunité pour dénicher un job.

Faites-vous partie d’un réseau social ? C’est une question qui devient de plus en plus fréquente chez nous. Outre les jeunes générations qui raffolent du Facebook, les personnes les plus âgées ont également leurs réseaux sociaux dits «plus sérieux».

Que ce soit Viadeo, linkedIn ou autres, ces plateformes constituent aujourd’hui une nouvelle opportunité de trouver un emploi. Certes, ils n’ont pas encore la même place chez nous que celle qu’ils ont atteinte en Europe et ailleurs, mais les responsables RH et les recruteurs s’y intéressent de plus en plus pour dénicher certains profils. Certes, la recherche de bons profils se fait encore via les réseaux réels et non virtuels mais pour d’autres postes, les réseaux sociaux peuvent beaucoup aider dans ces opérations de recrutement.

Alors comment tirer profit de ces réseaux et améliorer l’attractivité de son profil afin de dénicher un bon job ? En fait, c’est une démarche délicate et qui demande une grande réactivité et implication de la part des candidats. Il ne faut rien laisser au hasard, car vous serez jugé en premier sur la qualité de votre présentation. Donc, il est fortement recommandé de bien comprendre le marketing personnel et de l’utiliser afin de booster la recherche d’emploi. Il faut bien choisir la nature des informations à faire figurer sur votre profil, les comportements à adopter, les contacts à cibler… car tout ce que vous faites pourrait être retenu contre vous. La vigilance est de mise.

En effet, pour être présent et bien visible via ces vitrines virtuelles tout en essayant de se démarquer pour sortir du lot et se faire remarquer par un recruteur. Aussi, il faut bien choisir le vocabulaire pour bien expliquer son profil et ses compétences, car celui qui pourra consulter votre profil n’a pas beaucoup de temps à consacrer à quelqu’un qui a écrit des termes purement techniques ou qui a écrit des dissertations. Le message à véhiculer doit être clair, précis et bien rédigé (sans fautes d’orthographe).

Aussi, il ne faut pas rester dans son coin à attendre que des opportunités se présentent. Il faut oser aller vers les responsables des entreprises ciblées et leur envoyer votre candidature, tout en espérant qu’ils en tiendront compte si besoin il y a. Une chose est sûre, ces réseaux sociaux représentent une bonne occasion pour pouvoir atteindre des DRH ou dirigeants qui jadis étaient difficilement joignables. Les jeunes générations doivent s’estimer heureuses de ces opportunités qui leur sont offertes et essayer d’en tirer profit, mais à condition qu’ils en fassent bon usage.

«Au Maroc, les réseaux sociaux les plus influents sont les réels»
Avis de l’expert • Ali Serhani

Quel est l’impact de la création des réseaux sociaux sur l’opération de recrutement ?

Au niveau international leur impact est important notamment avec le développement des NTIC. Cependant quand on parle de réseaux sociaux dans le domaine de l’emploi et surtout dans un contexte comme le nôtre on ne doit surtout pas se focaliser sur des réseaux Networking genre « linkedIn et Viadeo » par exemple. Les réseaux sociaux les plus influents sont ceux qui sont réels. La plupart des personnes qui les composent se connaissent et entretiennent des relations professionnelles très poussées. Ce n’est pas virtuel. Quand on recommande quelqu’un ou qu’on l’approche pour le connaître on ne va pas se limiter au virtuel. Il faut le connaître, le rencontrer, en savoir beaucoup plus sur lui, etc. Donc quand on parle de réseaux sociaux, il faudrait éviter de penser automatiquement aux réseaux sociaux via le web. Quand on parle de réseaux sociaux il faut comprendre un réseau au sens long et large du terme. En matière d’emploi et dans notre contexte marocain les réseaux les plus efficaces sont ceux que vous avez constitués ou que vous avez intégrés. Les réseaux sociaux virtuels n’ont pas encore atteint l’importance qu’ils ont eue sous d’autres cieux. Pour les DRH ou les cabinets de recrutement notamment ceux spécialisés dans la chasse de têtes, les réseaux sont fondamentaux surtout pour recruter de bons profils que cela soit des «grosses pointures» ou des «cadres supérieurs» avec un fort potentiel.

Comment bien utiliser ces réseaux pour recruter les bons profils ?

Je résumerai le tout en deux points. Primo, quand votre réseau n’est pas dense car ce qui compte c’est la qualité des personnes qui le composent et non pas leur quantité. Car au risque de choquer plus d’un, et dans notre contexte il faut savoir que plus un réseau est dense plus il est inefficace. Secundo, votre réseau doit être composé de personnes objectives. Que ces personnes soient approchées par vos soins soit pour être recrutées elles mêmes soit pour vous recommander un profil que vous souhaiterez approcher. Donc l’objectivité ,la compétence, et enfin le partage des valeurs fondées sur l’éthique et le professionnalisme. En effet, l’objectivité est essentielle. Pas de place à la subjectivité en matière d’emploi. Donc le copinage peut être considéré comme « OUT ».

Comment trouver un emploi grâce aux réseaux sociaux ? Comment le chercheur d’emploi peut-il en tirer profit ?

Tout d’abord n’oublions pas une chose importante : votre réseau c’est vous-même qui le constituez en ayant des relations avec plusieurs personnes de diverses organisations, entreprises, associations. S’il y a partage de valeurs et d’idées ,le courant passe et vous êtes toujours apprécié et écouté. Le cas contraire vous êtes en train de perdre votre temps. Point final. Un réseau n’est influent que par ses membres. Plus ils sont compétents et reconnus sur la place, plus leur voix est écoutée. Le chercheur d’emploi peut en tirer profit lorsque son appartenance à un réseau est synonyme d’excellence. Sinon et si l’un des membres du réseau le recommande ,sa place au soleil est garantie. Car la recommandation vient d’une personne recommandable. Je ne parle pas des cas oû vous trouvez une personne qui est membre d’un réseau dans lequel on trouve de tout. Parfois nous assistons à des cas tel qu’un membre de ce réseau recommande une personne tout en sachant qu’elle est nulle. Sachez que soit ce membre est nul soit le réseau auquel il appartient n’a du réseau que le nom.

Est-ce que les entreprises marocaines font-elles appel à ces réseaux ? Quels sont les réseaux les plus fréquentés par les DRH ?

Sachez que chaque Dirigeant et DRH ont leur propre réseau. Je peux vous promettre que chaque fois qu’ils veulent recruter un profil pointu et avant de s’adresser à un cabinet de recrutement ils s’adressent tout d’abord à leurs réseaux. Ce qui est bien c’est que la subjectivité dans cette manière de recruter est quasi absente car il faudrait être fou pour recruter sur la base de critères subjectifs une personne qui occupera un poste stratégique.
Les réseaux les plus fréquentés par les Dirigeants et DRH au Maroc sont les associations dédiées à la GRH, pour ces derniers mais également la CGEM et les Chambres de Commerces étrangères et autres associations caritatives mondiales présentes au Maroc pour les premiers. Je tiens cependant à attirer votre attention que parfois nous assistons à des situations où c’est beaucoup plus le copinage et les renvois d’ascenseur qui font foi mais je pense que par rapport à ce qui se pratiquait il y a de cela des années, les méthodes dites de « piston » et la fameuse maxime «Bak Sahbi» (Ton père est mon pote) ont tendance à se minimiser. Elles n’ont pas disparu mais elles n’ont plus autant d’ampleur et leur nombre a diminué par rapport à qui se pratiquait jadis.

Que faut-il éviter ?

Tout miser sur les réseaux. Car c’est à force de rester cloisonné dans un périmètre très restreint que l’on commet les pires fautes. Oui le réseau est une chose importante aussi bien pour l’employeur le recruteur ou le chercheur d’emploi mais la prospection via d’autres voies est également très efficace. Parfois, certains profils pointus refusent de prospecter si ce n’est via leur réseau. Je peux les comprendre mais ils ne doivent pas oublier qu’ils resteront là où ils sont plusieurs années dans l’attente d’une opportunité qui ne viendra peut être jamais.

Par Nadia DREF | LE MATIN

Laisser un commentaire